CONSEIL MUNICIPAL Avignon/ Tram : une mise au point financière au lieu d’un débat

Saisissant l’opportunité d’une délibération autour des rues Carnot et Carreterie le maire en a profité pour annoncer les évolutions de calendrier du tramway et son plan de financement.

/

Si les premiers coups de pioches concernant le tramway a proprement parler n’auront pas lieu avant 2014, les chantiers connexes devraient, eux, démarrer durant l’année 2013. Une condition sine qua non pour conserver l’enveloppe budgétaire de 30 millions d’euros donnée par l’Etat.

Et puisque le conseil municipal avait commencé avec ce vœux pieux d’avoir des débats sereins entre majorité et opposition, Paul Hermelin à souhaiter « sortir de la guerre de tranchées dans laquelle nous sommes sur ce projet de tram ».

Reconnaissant le nécessaire « coup de fouet aux transports en commun », l’élu socialiste d’opposition voit dans le choix des tracés une incohérence flagrante. « Ne pourrait-on pas avoir, pour une fois, une réunion de débat autour de ces tracés qui n’ont pas besoin de passer autour des remparts ou rue de la République mais plutôt sur la Rocade ? » a demandé Paul Hermelin au nom de toute l’opposition.

De débat, il n’en eut pas. Le maire restant sur sa position : «le tram a été, je vous le rappelle, en 2011, adopté à l’unanimité par les élus du Grand Avignon. Depuis, de nombreuses études ont permis de vérifier la faisabilité financière de ce projet. Nous savons, a affirmé encore une fois Marie-Josée Roig, que le tram n’impactera pas la feuille d’impôts des ménages. Il ne coûtera pas un euro aux ménages avignonnais, je m’y engage ».

Ce n’est donc, ni sur la pertinence des tracés, et encore moins sur le remise en question de l’existence de ce projet que le maire a axé son propos. « Toutes les études confirment nos capacités à financer ce projet, tant en fonctionnement qu’en investissement ». Outre le VT (versement transports, taxe perçue par le Grand Avignon auprès des entreprises) qui représenterait, en 2016, 70 millions d’euros en fonds propres, le tram bénéficient donc de 30 M€ de l’Etat. « J’ai rencontré lundi le président de la Région PACA, Michel Vauzelle, qui s’est montré séduit par le projet, ainsi que le président du Conseil général » indiquait l’édile.

Au total, et si les subventions demandées aux collectivités territoriales sont acceptées, « elles représenteront 20% du coût du projet, soit 50 millions d'euros ». L'Europe sera également sollicitée. Ensuite, le Grand Avignon fera appel à l’emprunt : 130 M€ soit 52% du coût. Un crédit bail fiscal, pour l’investissement dans le matériel roulant, pour un montant de 41 M€ pourrait également être souscrit. « Cet endettement, sain, va injecter 200 M€ dans l’économie locale et dynamiser les marchés du BTP. D’ores et déjà, des acquisitions de terrains pour construire des logements dans le corridor du tram ont eu lieu ».

In fine, le coût du tramway avait été évalué à 250 M€ par les études menées. « Aujourd’hui, l’avant-projet s’approche plus des 248 M€. Plus les études avancent, plus elles montrent que nous avions raison sur le coût ». Le conseiller municipal d’opposition, Paul Hermelin, restera sur sa faim de débattre. Lui qui aurait aimé savoir si les 2 M€ d’économies ne seraient pas aussi le fruit d’un raccourcissement du tracé côté villeneuvois…

Infos article

  • 2 photo

Notez l'article

par Noëlle Réal le 14/12/2012 à 18:44

Vos commentaires

Les commentaires sont clos.

Derniers commentaires

Articles les plus...

  • lus
  • commentés