mariage pour tous Avignon/Un Vauclusien dans le documentaire "Les Invisibles"

Mercredi 28 novembre le public était venu en nombre, malgré le temps peu clément, pour assister à la projection du film "Les Invisibles" suivi de la rencontre avec plusieurs des protagonistes de ce documentaire.

Affiche "Les Invisibles" (DR)

Affiche "Les Invisibles" (DR)

1 / 2

En pleine tempête médiatique sur la question du mariage pour tous, "Les Invisibles" vient apporter un regard original sur la façon dont des personnes nées aux alentours de la Seconde guerre mondiale vivent leur homosexualité. Une génération de la population homosexuelle très peu médiatisée ce qui vient agréablement casser certains clichés.
Les témoignages racontent la difficulté de s'accepter différent vis-à-vis de la norme social traditionnelle, le combat pour changer le regard de la société sur cette question et montrent aussi et surtout qu'il est principalement question d'amour.

« Le concept de mariage en général ne me plaît pas du tout »

Il ne s'agit pas de dire que ce sont "des gens comme les autres", mais plutôt de plaider en faveur d'une acceptation de la différence. Idée que défend Jacques Fortin membre fondateur du Groupe de Libération des Homosexuel-les de Marseille en 1977, administrateur au Pôle LGBT Formation (Lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) de Vaucluse. Interviewé dans le film et présent à la rencontre qui suivait la projection, il explique que bien qu'il milite pour le mariage pour tous et par extension pour le droit à l'homoparentalité, le concept de mariage en général ne lui « plaît pas du tout ».

Par ailleurs le fait qu'une frange de la population homosexuelle court après une normalité qu'il juge illusoire, ne l'enchante pas particulièrement. « Mais il faut être capable de faire front collectivement pour ce type de revendication, confie-t-il, tout en vivant comme on l'entend individuellement. »  Car au final la question est surtout d'obtenir pour les homosexuels les mêmes choix de vie que les hétérosexuelles et donc de se marier... ou pas.

Avignon classée 9ème ville française "gay friendly" par Têtu

« Avignon n'est pas une ville hostile aux homosexuels, ce n'est pas non plus une ville particulièrement chaleureuse et accueillante, confie Jacques Fortin. Vous ne voyez pas beaucoup d'homosexuels se balader main dans la main le long de la rue de la République le samedi. Il y en a plein, mains ils ne sont pas spécialement exubérants. »
Il se montre d'ailleurs étonné de ne pas entendre plus le maire d'Avignon, Mme Roig, dans le débat sur le mariage pour tous alors que, dit-il, elle s'était montrée plutôt favorable aux revendications des mouvements homosexuels par le passé.

Infos article

Notez l'article

par Matthieu Tardif le 30/11/2012 à 11:30

Vos commentaires

Réagissez aux articles en vous connectant, cliquez ici.

Poster un commentaire / Inscrivez-vous, si vous n'avez pas de compte

Se connecter

Pour accéder à votre espace personnel, vous devez fournir un identifiant et un mot de passe.

Derniers commentaires

Articles les plus...

  • lus
  • commentés