Patrimoine A Grenoble, il faut sauver la tour Perret

La Ville songe à lancer une souscription auprès des Grenoblois pour financer la réhabilitation de l’ouvrage qui trône dans le parc Paul-Mistral.

Au cours des dix dernières années, la tour Perret, “cette audacieuse aiguille creuse”, a fait l’objet de deux délibérations : en 2003 puis en 2010. Mais depuis l’étude préalable sur sa restauration exposée au conseil municipal il y a trois ans, aucun chantier n’a été engagé... Les derniers gros travaux d’entretien remontent à... 1952.  Photo GreNews
Au cours des dix dernières années, la tour Perret, “cette audacieuse aiguille creuse”, a fait l’objet de deux délibérations : en 2003 puis en 2010. Mais depuis l’étude préalable sur sa restauration exposée au conseil municipal il y a trois ans, aucun chantier n’a été engagé... Les derniers gros travaux d’entretien remontent à... 1952.  Photo GreNews

Le poisson d’avril qui a “tourné” dans Grenoble au début du mois mettant en scène la chute de la partie haute de la tour Perret n’a pas fait rire grand-monde du côté de la mairie. Ou alors jaune... Il faut dire que ce scénario-là a de quoi faire peur, même si Philippe de Longevialle l’affirme : “Les dernières études montrent qu’elle résisterait même à une séisme”. Soit.

“Il y a urgence absolue”

Mais la détérioration de la tour Perret est, elle, bien réelle, avec des petits morceaux qui tombent régulièrement de tout là-haut, là-haut (86 mètres tout de même)... L’adjoint grenoblois à l’Urbanisme le sait bien: “On a beau purger régulièrement le béton qui se dégrade notamment sous l’effet du froid et de la pluie, ce petit bijou d’un point de vue technique doit absolument être restauré. Grâce aux études menées en 2010, nous savons ce qu’il faut faire, mais reste un problème: l’argent. Avec des travaux estimés à près de 6 M€, si ce n’est plus, la Ville n’a pas les moyens de faire face”. Y compris si l’Etat et le Conseil général de l’Isère mettent la main à la poche ? ”Oui”. Et ? “On recherche d’autres solutions de financement, à travers du mécénat notamment. On réfléchit aussi à lancer une souscription auprès des Grenoblois, pour que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice”. Un édifice fermé en 1960 pour des raisons de sécurité (déjà...) et qui pourrait du coup de nouveau ouvrir et offrir aux visiteurs un point de vue incomparable sur la ville.

Construite dans le parc Paul-Mistral en 1924 par le célèbre architecte Auguste Perret à l’occasion de l’Exposition universelle de la Houille blanche et du tourisme, la tour Perret “n’est pas à l’abandon”, clame Philippe de Longevialle. La preuve, un comité scientifique composé d’une quinzaine d’experts s’est réuni pour la première fois le 5 mars dernier pour plancher sur la réhabilitation de l’ouvrage classé aux Monuments historiques depuis 1998.

Délégué de la Fondation du patrimoine de l’Isère, Alain Robert en fait partie. Et confirme: “La Ville a bien compris que, là, il y a urgence absolue. Si on ne fait rien dans les 5 à 6 ans à venir, la tour Perret pourrait être irrécupérable”. Le comité voit déjà plus loin qu’une “simple” restauration : “Puisqu’elle représente un intérêt à la fois fois culturel et pédagogique, pourquoi ne pas imaginer la création d’un espace muséographique au pied de la tour Perret ?”

Infos article

Notez l'article

par Gwendoline Beziau le 17/04/2013 à 09:59

Vos commentaires

Réagissez aux articles en vous connectant, cliquez ici.

Poster un commentaire / Inscrivez-vous, si vous n'avez pas de compte

Se connecter

Pour accéder à votre espace personnel, vous devez fournir un identifiant et un mot de passe.

Derniers commentaires

Articles les plus...

  • lus
  • commentés