si, ça existe… Avignon/Ils n’ont jamais cru au Père Noël

Par conviction religieuse ou philosophique, le barbu pour eux, n’a jamais existé

/

Petits, ils étaient un peu des exceptions. Du genre cygne noir au milieu d’une marée d’anatidae blancs. Des saumons à contre-courant… Alexis, Angélique et Pierre n’ont jamais cru au Père Noël. Pas vraiment un choix de leur part mais plutôt de leurs parents.

Par “conviction” religieuse…

Pour Pierre, 34 ans, le Père Noël n’a jamais existé car dans sa famille, on ne fêtait pas Noël. Non pas que la naissance du Christ ait laissé ses parents, indifférents, bien au contraire. Mais chez les Témoins de Jéhovah, c’est la mort et la résurrection de Jésus qui donne lieu à une célébration. « À l’école on avait interdiction de chanter les chants de Noël et le jour où la maîtresse faisait décorer le sapin, on n’y allait pas » se souvient-il. Pas de fête, pas de cadeaux ni de repas de famille le 24 au soir. « On avait des cadeaux à d’autres moments mais c’est vrai que le 25 au matin quand on voyait les poubelles déborder d’emballages on ne comprenait pas très bien » raconte Pierre. Aujourd’hui, à 34 ans, il a quitté ce mouvement religieux et va, pour la première fois, fêter Noël avec ses enfants et ses grands-parents. Même faire le sapin avec sa femme et ses enfants lui a été impossible. « Je les ai laissés faire, j’ai regardé ça de loin. Et puis ce qui me gène c’est la débauche économique autour de cette fête ». « Je suis très ému évidemment mais en même temps j’ai vraiment l’impression de transgresser un principe important pour mes parents. De leur désobéir ». Difficile d’assumer de ne pas être un “enfant sage” et d’espérer alors que le Père Noël, enfin, passera…

« Je ne crois pas aux belles histoires »

Chez Alexis, 28 ans, c’est une autre histoire qui a structuré son enfance et ses Noëls. Une histoire qu’il s’est racontée lui-même jusqu’à ces derniers jours. « Mes parents ne m’ont jamais fait croire au Père Noël ». Sauf que voilà… pour les besoins de cet article, il appelle ses parents pour avoir confirmation de ce qu’il pensait être une certitude. Et là, patatras. « Mes parents m’ont expliqué que c’est moi qui n’y aie jamais cru alors qu’ils ont tout fait comme il faut pour que j’y croie ! » Pas plus surpris que ça, finalement. « Ça correspond bien à mon caractère. Je ne me suis jamais fait beaucoup d’illusions sur les trucs joyeux, les belles histoires, je n’y crois pas trop ». Totalement agnostique, cet ingénieur et scientifique “pur et dur” reste persuadé qu’une force régit l’univers. « Mais une force magnétique, scientifique… explicable quoi ». Avec un tel degré de rationalité, difficile en effet de gober l’idée qu’un bonhomme rouge et blanc distribue en une seule nuit les cadeaux de plusieurs millions d’enfants…

Le grand “mensonge” des adultes

Notre dernier “ovni de Noël” s’appelle Angélique et ses parents sont d’anciens “soixante-huitards”. Biberonnée au peace and love et au culte de la vérité, Angélique n’a pas eu droit au “mensonge” universel de Noël autour du Père Noël. « Mes parents considéraient que c’était une bêtise, un mensonge d’adulte aux enfants, ils n’ont pas voulu cautionner ». Pour autant, “l’esprit de Noël” a bien soufflé et souffle encore sur les Noëls d’Angélique autour d’une nombreuse famille recomposée qui a su en cultiver l’essentiel : le partage.

Infos article

Notez l'article

par Noëlle Réal le 17/12/2012 à 14:00

Vos commentaires

Réagissez aux articles en vous connectant, cliquez ici.

Poster un commentaire / Inscrivez-vous, si vous n'avez pas de compte

Se connecter

Pour accéder à votre espace personnel, vous devez fournir un identifiant et un mot de passe.

Derniers commentaires

Articles les plus...

  • lus
  • commentés