Rugby L'Europe, "on ne va pas la galvauder" (Sylvain Bégon)

Le Top14 s’accorde une pause cette semaine. Mais pas de vacances pour Grenoble qui va s’attaquer au Challenge Européen. Premier match vendredi, à Lesdiguières.

Jonathan Best va essayer de franchir l’en-but en coupe d’Europe. S’il n’est pas au repos... Photo archives Le DL
Jonathan Best va essayer de franchir l’en-but en coupe d’Europe. S’il n’est pas au repos... Photo archives Le DL

“C’est agréable de se confronter à des équipes étrangères”, lance d’emblée l’entraîneur des avants, Sylvain Bégon. Ça tombe bien : Grenoble retrouve le Challenge Européen ce samedi. Une compétition à laquelle les Isérois n’ont plus participé depuis longtemps. La dernière fois, c’était en 2004-2005, le FCG avait chuté en quart de finale.
Cette fois, l’Europe, ce sera du bonus. “L’occasion de découvrir un autre rugby”, pour Rida Jaouher, ou encore d’aller “dans des endroits qu’on ne connaît pas forcément”, dit Jonathan Best. Les rugbymen vont effectivement se déplacer en Italie, en Angleterre. Et en France, ce sera... Le Havre, où Grenoble va rencontrer le Stade Français. “C’est bien, relaie Rida Jaouher. Comme ça, on va rester dans la dynamique du Top 14”.

“On a mis 95 points à Valladolid” (Jaouher)

En attendant, c’est le club italien de Prato, voisin de la belle Florence, qui vient défier les Grenoblois à Lesdiguières. “Ce sera (aussi) l’occasion de voir des joueurs qui sont pas sur les feuilles de matches”, promet Bégon. C’est vrai que depuis le début de saison, un noyau de joueurs s’est constitué. Certains, du coup, ont besoin de souffler, ce sera peut-être le cas de Best ou de Jaouher.
Best : “Je ne sais pas si je suis un cadre, mais oui, d’autres vont pouvoir jouer. C’est important”. Même constat, donc, du côté de Bégon, qui pense à l’intégration des nouveaux. “Pour eux c’est difficile. Quand tu es aligné pour un match contre Clermont et qu’après, tu ne joues pas pendant deux/trois semaines, ce n’est pas évident. Le Challenge, c’est aussi pour leur donner leur chance”. Ce qui rend Jonathan Best... méfiant. Car “quand un joueur est bon, il peut vite prendre ta place”, dit-il en souriant. En tout cas, le troisième ligne prédit un jeu plus ouvert lors de cette campagne européenne. “L’avantage, c’est qu’on n’a pas de pression. On joue sans objectifs”. Mais “on ne va pas la galvauder”, jure Bégon. Rida Jaouher, lui, raconte ses souvenirs. “Avec Nicolas Laharrague, on se rappelait un match contre Valladolid quand on était à Dax. On avait mis quelques points…” En fouillant dans les archives, Jaouher, Laharrague et les Dacquois avaient inscrit 95 points aux Espagnols. Pas sûr qu’ils rééditent la même performance ce week-end face au Prato. Mais pourquoi pas ?

Infos article

Notez l'article

par Louis André le 08/10/2012 à 19:22

Vos commentaires

Réagissez aux articles en vous connectant, cliquez ici.

Poster un commentaire / Inscrivez-vous, si vous n'avez pas de compte

Se connecter

Pour accéder à votre espace personnel, vous devez fournir un identifiant et un mot de passe.

Derniers commentaires

Articles les plus...

  • lus
  • commentés