c’est vous qui décidez  ! Avignon/Places au live, c'est vous qui choisissez votre groupe préféré !

Une occasion rêvée pour découvrir les talents locaux et leur permettre d’enregistrer un CD

Comme l’an dernier, les groupes se produiront sur les différentes places de la ville. Qui des 19 pré sélectionnés sortira gagnant de ces battles ? Photo archives mairie d’Avignon

Comme l’an dernier, les groupes se produiront sur les différentes places de la ville. Qui des 19 pré sélectionnés sortira gagnant de ces battles ? Photo archives mairie d’Avignon

Pour la deuxième année, la Ville d’Avignon, en partenariat avec Avi News et Raje invitent les chanteurs, musiciens et groupes de musiques actuelles à dévoiler leur talent en jouant sur les places d’Avignon.

1 week-end, 1 place

Du 2 au 30 juin, chaque samedi, sur une des cinq places de l’intra muros : Horloge, Pie, Corps-Saints, Crillon et Carmes, la Ville, accueillera, de 18h à 21h, les artistes sélectionnés. Un jury de professionnels, couplé avec le vote des internautes (nouveauté 2012) permettra d’élire le meilleur groupe par soirée. En effet, à partir du mercredi suivant chaque concert vous êtes invités à voter pour le groupe que vous estimez le meilleur via le site www.placeauliveavignon.fr. Les cinq finalistes des cinq dates se produiront pour un concert événement le 13 octobre à la salle des fêtes de Montfavet parrainé par un artiste reconnu.

Deuxième acte en septembre

À partir du 12 septembre, et jusqu’au vendredi précédent le concert en octobre, vous serez amené à voter encore, pour élire le meilleur groupe. Les voix des internautes compteront pour 50 %, les votes du jury compléteront. Le soir-même, les résultats seront proclamés. Le groupe gagnant repartira avec une journée en studio d’enregistrement et le pressage d’un CD, offert par Avi News, fervent supporter de la scène locale avignonnaise et partenaire de cette 2 e édition.

Retrouvez toutes les informations sur le site www.placeauliveavignon.fr et sur la page facebook de l’événement.

Samedi 2 juin, place de l'Horloge

En Vrac

Depuis 2000, influencé par Noir Désir, Eiffel ou les Foo Fighters, le combo avignonnais produit du rock brut et mélodique. Ils ont participé à la soirée avignonnaise des Passagers du Zinc en avril 2010 et depuis ils enchaînent les concerts (Le Local à Marseille, Monster Days à Aix et Martigues pour la prochaine fête de la musique). En 2012, leur première démo est née. On y trouve des compos aux guitares saturées et des reprises inspirées. Pour Place au Live, David, Stéphane, Arnaud et Julien (qui a rejoint le trio en 2010) présenteront trois compos de leur cru et une reprise de Noir Désir : Tostaky. Du rock pris à bras-le-corps, à consommer sans modération, au détail ou en vrac !

The Ashtrays

Camille, Léa, Mathilde, Thibaut et Claire sont les plus jeunes de la bande, des ados de 15 à 18 ans qui monteront pour la première fois sur une “grande scène”. Les Ashtrays (les “cendriers” en anglais”) , un titre ironique pour ces ados pas encore accros à la nicotine, est un groupe issu de l’école de musique de Villeneuve-lès-Avignon. Un groupe mouvant, qui se recompose avec de nouveaux élèves chaque saison. Et cette année, trois d’entre eux, futurs bacheliers, devront céder leur place. À leur répertoire de musiques actuelles, des reprises uniquement, de Green Day à U2. Pour Léa (à gauche), encore impressionnée d’avoir récemment joué à la salle de Montfavet et bluffée par l’interprétation d’une partition contemporaine avec un orchestre : « l’envie de réserver à la musique une vraie place à l’avenir » est réelle.

Nada Mas

Ce groupe de pop rock se qualifie lui-même d’amateur, mais quatre musiciens expérimentés le composent : Georges à la guitare et au chant, Hervé à la guitare, Bruno à la basse et voix, et Eric à la batterie. Créé autour du souffle de Georges Casado en 1995, le groupe renaît de ses cendres à chaque nouvelle formation. C’est donc la cinquième version qui nous sera donnée à entendre, un tonique moment musical composé des chansons de leur mini-album “En équilibre”, de reprises mythiques et de nouvelles compos aux mélodies et rythmes bien balancés. Rien de plus, mais c’est déjà beaucoup  !

Sté Groovy sound's

Autodidacte de 45 ans, employé municipal, c’est sur le tard que Stéphane Dhilly se lance comme DJ sous le nom Sté Groovy sound’s. Passionné par la musique électronique depuis les années 90, ses maîtres se nomment Carl Cox ou Derrick Carter, dieux incontestables de la scène house mondiale. Poussé par son entourage et collectionnant les CD, et non les vinyles c’est donc sur platines CD que Stéphane mixe. Mais son répertoire ne s’arrête pas à celui de la house music, ses goûts naviguent entre deep house, tek ou encore breakbeat. Une “sélecta” qui ravira les connaisseurs et transformera pour sûr la place en dance-floor improvisé.

Samedi 9 juin, place des Carmes

Pay me Robber

C’est lors d’une soirée avignonnaise aux Passagers du Zinc, en 2010, que le groupe est né. « Pourquoi pas nous ? » s’interrogent alors Pierre et Rémi. Deux ans plus tard, ils sont rejoints par Arthur et Médéric et le groupe se retrouve sur la même scène pour participer au tremplin des Francopholies, intégrant la sélection de cinq groupes locaux en lice. Pas mal ! Évoluant dans un style entre Pink Floyd et Tool, entre atmosphère planante et violence assumée, les quatre garçons dans le vent ont rapidement intégré à leur répertoire de reprises des créations toutes personnelles. Du rock progressif et alternatif qui pourrait bientôt voir aboutir un premier album.

Zoe

Un prénom féminin pour un groupe porté par des “mâles”. Ils se connaissent depuis 10 ans, « “chacun a fait sa route, a pris sa dose de galère, a vécu ses désillusions, fait son tri ». En découlent des morceaux rock aux influences diverses, écrits en français. Le groupe prend son ampleur sur scène, transmettant le plaisir qu’ils ont de s’y (re) trouver. Mais leurs ambitions ne s’arrêtent pas là puisqu’ils se sont lancés dans l’aventure Mymajorcompagny, grâce auquel tout un chacun peut participer à la production de leur prochain album. Venez donc les découvrir sur scène et décidez ensuite si un investissement vous paraît envisageable !

Over Zat

Quatre garçons simples mais un peu barjots : Over Zat prône l’amusement, le partage et le plaisir d’être ensemble. Le groupe existe depuis un an et demi et déclare s’inspirer du rêve et de l’imaginaire. Leur rencontre est un moment très fort pour eux, l’alchimie étant bel et bien palpable entre eux. Rémi, Nicolas, Willem et Antoine proposent du rock alternatif, aux “influences libres” : funk, pop, hip-hop, trip hop. Leur formule sur scène : « On envoie la sauce, on déménage, on saute, on rebondit, on s’écrase ! Puis on se relève sur des morceaux plus calmes, plus tristes, plus… sex ! » Un menu plus qu’attrayant pour le public féminin, mais que chaque paire d’oreilles devrait apprécier.

Jules Lesieur

Jeune lycéen, Jules Lesieur étudie la musique et le chant depuis deux ans en autodidacte. Il ne craint pas l’exercice et n’hésite pas à se produire dans la rue ou dans chaque lieu lui proposant un temps pour partager sa musique, « qui fait partie de son quotidien ». Son format est simple, il est seul sur scène, avec une guitare ou un ukulélé. Il reprend ce qu’il aime : Ben Harper, Radiohead, Tryo, Serge Gainsbourg, Jeff Buckley, Bob Marley, Cocoon, The Fray, Angus & Julia Stone…

Samedi 16 juin, place Crillon

Ludo

Après 12 ans passés au sein de divers groupes de rock (Kingsize Midgets, Flint, Everlyn), Ludovic Mary prend son envol, en solo. Il délivre une musique pop rock, pleine de mélancolie et de sensibilité influencée par la scène rock californienne. Cet auteur-interprète-compositeur, en studio actuellement pour enregistrer un CD 2 titres, a envie d’y croire : « Mon rêve c’est d’avoir dans ma vie une chanson qui passe en boucle à la radio ». Pas vraiment influencé par la chanson française, il écrit pourtant dans sa langue natale, « car je suis très mauvais en anglais » avoue-t-il, des chansons qui pourraient faire penser à Calogero ou De Palmas. C’est plutôt du côté de Guns’n’ Roses ou Finch que le Courthézonnais de 31 ans trouve son inspiration.

www.facebook.com/ludoartiste

Lost tape

En 2010, commence l’histoire de Lost Tape. La rencontre de Dorian et Pierre, tous deux fans de l’âge d’or du mouvement grunge de Seattle (Nirvana and co), est décisive. Mais leurs affinités ne s’arrêtent pas là, ce qui les convainc de former un groupe, et de remplacer leur boîte à rythme en un vrai batteur. Ils intègrent Jérémy dans leur aventure. Leur univers musical comprend aussi bien des rythmiques à vif, que des solos déjantés, tout en sachant aussi apporter une part plus apaisée avec des ambiances plus sombres et intimistes. Leur style est “brut et instinctif” rempli d’une énergie que le power trio aime démontrer sur scène, à vous d’en juger le 16 juin !

Hyde

Formé depuis mai 2011, Hyde est le fruit de petites annonces échangées. Le groupe est composé de deux guitaristes (Anais et José), une chanteuse (Sylvie), un bassiste (Alex) et un batteur (Franck). Leur concept : jouer des reprises à tendance Pop/Rock, avec l’envie d’écrire bientôt leurs propres compositions. Des Rolling Stones à Muse en passant par Sex Pistols et Aerosmith, Hyde vous fera voyager à travers le paysage pop rock musical international sans oublier de passer par la France avec Noir Désir et Damien Saez. Ils cherchent avant tout à partager leur passion et à transmettre un message, à vous de le recueillir le 30 juin.

Greenbox

Les cinq musiciens de Greenbox sont au Conservatoire d’Avignon. Créé à l’origine par Sophie et Joris, trois autres compagnons de cours, Nico, Alix et Ben les rejoignent lorsqu’ils émettent l’envie de s’ouvrir au funk, à la soul et au rock, afin d’en faire un melting-pot. Leurs influences sont diverses et variées, allant de Billie Holiday à Chic, d’Earth Wind and Fire à Nina Simone ou encore de James Brown au hard rock. Ils font de la musique car « c’est se sentir vivre, se mettre en danger, partager » expliquent-ils. Une définition très attachante pour ces jeunes qui veulent aussi en faire leur métier par le biais de l’enseignement. Découvrons vite leur pop “groovy et éclectique” qui saura envoûter leur audience.

Samedi 23 juin, place des Corps-Saints

Jesus is my girlfriend

Est-ce vraiment nécessaire de les présenter ? Régulièrement à l’affiche des salles locales, le duo Jesus is my girlfiend vient de sortir un album éponyme dont la presse musicale nationale raffole. Une musique “épurée, intense, émouvante” qui transporte, dégageant une énergie rock, folle et punk. Johanna a été élevée à la sauce rock des années 70, Armand vient plus du hard rock et du métal mais écoute aussi beaucoup de jazz et de musique classique. Un mélange de genre et de style qui prend toute son ampleur sur scène, où la puissance et la sensibilité des deux artistes sont palpables, où les sentiments prennent forme par la voix de Johanna.

Death of a punkette

À mi-chemin entre pop anglaise des années 60 et punk new-yorkais, ce groupe de rock épuré, énervé et faussement simple réunit deux filles au chant et à la guitare, et deux garçons à la rythmique. Leurs musiques et textes ont des accents sombres, écorchés et rugueux. Pas d’artifice mais une émotion, une énergie. Tous se retrouvent dans une musique qui rime avec provocation et libération, et une façon commune de s’affranchir des carcans. En concert, Death of a Punkette se démarque de toute influence et redonne au rock ses lettres de noblesse.

Pepper Grind

Un quatuor aux accents “spicy punk rock hard pop progressif”. Formé en septembre 2011 dans le sous-sol de Simon (le bassiste du groupe), accompagné par Romain au chant (rencontré au cours d’une audition à la formation de Full Metal Project), puis Jérémy à la guitare et Damien à la batterie. À eux quatre, ils composent en quelques mois un set de 45 minutes qu’ils présenteront pour la première fois à Place au Live. Pepper Grind privilégie l’énergie dégagée par des riffs simples et accrocheurs, une bonne mélodie de chant et des rythmes entraînants, à l’instar des Red Hot Chili Peppers, Skip the Use ou Green Day. L’enregistrement d’un EP est prévu à l’automne mais le quatuor revendique avant tout, d’être un groupe de scène.

Stan et Ael3x

Stan, c’est un projet né en 2002, après un parcours formateur sur la scène punk rock. L’écriture et la composition se sont inscrites comme une nécessité à l’épanouissement musical, mélangé à une ouverture sur l’électro, le trip hop et les musiques du monde, pour explorer un savoureux mix avec des guitares grasses et incisives. Aujourd’hui, Stan roule avec Ael3x et cette collaboration naissante et enthousiasmante prend une tournure de belle aventure. Stan est au chant et à la guitare, Ael3x au PC et aux claviers. Un duo atypique à découvrir le 23 juin place des Corps-Saints.

Samedi 30 juin, place Pie

Duck Explosion

Du rock explosif à base de canard ! Un slogan qui a fait ses preuves avec ce quintet rock fougueux et éclectique, aux influences très large, de Led Zep’ à The Strokes, du rock culte des années 70 et de l’alternatif indépendant des années 90 et 2000. Né en 2010, le groupe est composé par les Carpentrassiens Jey Bridge, guitariste et co-fondateur avec son colocataire de guitariste Will Castel, vite rejoints par Charly Poppins, un chanteur métal, à la voix rauque et énergique, et par Hug Thebody à la basse et Saraswati Inthesky à la batterie. Remarqués pour leur humour et leur énergie lors de leur première grand scène aux Passagers du Zinc en septembre dernier, ils vont distribuer leur énergie à travers des riffs puissants, mélodieux et enivrants. Un 5 titres autoproduit devrait bientôt voir le jour.

Flangers

Flangers c’est d’abord un univers empreint de mélancolie bercé par une voix féminine aux accords qui envoûtent. Mais c’est aussi une énergie brute, une pop rock rageuse aux accents électro qui donne envie d’encore. Flangers c’est une tension, la tendresse et la mélancolie d’une voix, une syncope, où le rock télescope l’incandescence de l’électro. Depuis 6 ans, ces Avignonnais bourlinguent en France et en Europe, enrichis par de belles premières parties comme Shaka Ponk, Rhésus, Kaolin. Un groupe ambitieux, à l’énergie folle en live portée par Flavie et ses compères, Ange, Christophe et Frédéric.

La classe de musiques actuelles du Conservatoire du Grand Avignon

Les groupes présentés par le conservatoire sont des ateliers issus du département Musiques Actuelles Amplifiées. À la baguette, on retrouve leurs professeurs Ange Gilles, Laurent Krzewina et Flavie Fournier. Les groupes de jeunes musiciens interpréteront un répertoire varié composé de titres travaillés durant l’année scolaire dont des reprises de Jet, Queens of the stone age, Maroon 5 et autres morceaux d’influences rock, pop et funk. Des talents en herbe à découvrir !

Infos article

Notez l'article

par La rédaction d'AviNews CLN le 02/06/2012 à 17:00

Vos commentaires

Réagissez aux articles en vous connectant, cliquez ici.

Poster un commentaire / Inscrivez-vous, si vous n'avez pas de compte

Se connecter

Pour accéder à votre espace personnel, vous devez fournir un identifiant et un mot de passe.

Derniers commentaires

Articles les plus...

  • lus
  • commentés